Ryanair n’a Ryanafair à Zaventem !

ryanair1-680x365

« Ryanair n’a Ryanafair à Zaventem ! », dit Benoît CEREXHE pour le CDH bruxellois qui dénonce le développement anarchique de Bruxelles-National

C’est donc aujourd’hui (27.02.2014) qu’a débuté l’exploitation, au départ de Bruxelles-National, de nouvelles lignes aériennes par la compagnie low cost Ryanair. Le chef de groupe CDH au Parlement bruxellois et bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe, rappelle qu’au-delà des campagnes marketing développées par l’opérateur irlandais auprès du public bruxellois, ce sont au total quelque 196 vols hebdomadaires supplémentaires qui seront opérés depuis l’aéroport national par Ryanair, soit plus de 20.000 mouvements nouveaux au départ et à l’arrivée de Bruxelles-National. 
Pour le CDH, Ryanair n’a rien à faire à Zaventem. Parce que le développement des activités de l’aéroport de Bruxelles-National ne peut se faire au détriment des Bruxelloises et des Bruxellois. Pour le chef du groupe CDH au parlement bruxellois , l’aéroport de Bruxelles-National n’a pas vocation à enfler son volume de vols et doit se spécialiser pour devenir un city-airport, au nombre de mouvements limités, spécialisé dans le transport passager et travaillant exclusivement de jour.

Le CDH rappelle ainsi la volonté bruxelloise de plafonner le nombre de mouvements à l’aéroport de Bruxelles-National. L’ajout de 20.000 mouvements annuels supplémentaires est à cet égard un très mauvais signal envoyé, non seulement aux riverains de l’aéroport, mais aux quelques 200.000 Bruxellois directement affectés par les nuisances aériennes générées par l’aéroport; par ailleurs l’arrivée de Ryanair à Bruxelles-National laisse augurer d’autres arrivées de compagnies concurrentes obligées de s’aligner sur les stratégies de la société irlandaise. 
Benoît Cerexhe tient, par ailleurs, à faire remarquer que le modèle d’exploitation des compagnies low cost, et de Ryanair en particulier, repose non seulement sur l’application de législations poussant au dumping social, mais aussi sur une commercialisation maximale des disponibilités de vol qu’offrent les avions ; celle-ci suppose des départs tôt le matin – très tôt – et des arrivées tard – très tard – dans la soirée, voire la nuit. Benoît Cerexhe rappelle que le nombre de vols opérés durant la nuit (23h-7h) a sensiblement augmenté (+3%) en 2012, et atteint aujourd’hui les seuil maximal toléré, à savoir 25.000. On notera aussi que le nombre de mouvements opérés dans la « petite nuit » (de 6h à 7h) augmente lui aussi sensiblement ( + 6 % selon le dernier rapport de Brussels Airport). 
L’exploitation massive de lignes low cost au départ de Bruxelles-National se fera inévitablement au détriment de la santé et de la qualité de vie des Bruxelloises et des Bruxellois. « Que nous spécialisions les aéroports », déclare Benoît Cerexhe. « Et ne nous laissons pas aveugler par les promesses mirobolantes d’emplois nouveaux que nous avance le patron de Ryanair», termine le chef de groupe CDH au Parlement bruxellois.

1 commentaire

  1. damien verhoeven, le

    « Le CDH rappelle ainsi la volonté bruxelloise de plafonner le nombre de mouvements à l’aéroport de Bruxelles-National.  »
    Bien sûr. Mr Wathelet, qui pourrit la vie des bruxellois avec son plan de dispersion, ne serait-il plus CDH?
    90% des virages à gauche envoyés sur bruxelles grâce au plan wathelet.

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes pour formatter vos réactions:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>