Survol aérien : Benoit Cerexhe dénonce le fait du prince, le cynisme de Belgontrol, et exige des corrections aux « corrections »

Le chef du groupe cdH au Parlement bruxellois et député-bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoit Cerexhe, tient à faire part de son effarement et de sa colère, suite à la décision prise par Belgocontrol de modifier une nouvelle fois, en stoemmelings le plus obscur, les procédures de survol au départ de l’aéroport de Bruxelles-National.

Le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre dénonce le cynisme d’une décision effective depuis le 29 mai dernier qui vise moins à apporter des correctifs techniques comme prétendu qu’à rejeter sur les habitants de l’est de Bruxelles, et plus particulièrement Woluwe-Saint-Pierre, les nuisances générées par l’aéroport.

Pour rappel, Benoît CEREXHE demande, depuis plusieurs semaines, des mesures à très court terme, telles que la suppression complète des nouvelles routes mises en œuvre le 6 février 2014, sans pour autant en revenir à la situation antérieure pour l’Oostrand ainsi que l’allongement du dispositif de nuit pour la tranche horaire de 22h à 7h (au lieu de 23h à 6h), et des mesures structurelles à moyen terme, indispensables pour protéger Bruxelles du survol aérien de son territoire, notamment des investissements dans les infrastructures de l’aéroport (allongement de la piste 25G) et la délocalisation du low cost et du cargo.

Dans ce nouveau contexte, le chef des Humanistes Démocrates au Parlement bruxellois demande avec urgence :

- au fédéral de corriger sur le champ cette « correction technique » qui aggrave encore pour certaines communes une situation qui était déjà insupportable;

- à la Ministre bruxelloise de l’Environnement de placer de nouveaux sonomètres sur les nouvelles zones survolées, dont Woluwe-Saint-Pierre.

- au futur gouvernement bruxellois de revoir les arrêtés ‘bruit’ qui permettent à Belgocontrol et à leurs autorités de tutelle que soit considéré qu’il existe en Région bruxelloise, en matière de survol aérien, des communes de première, deuxième et troisième zone tout justes bonnes à devenir les poubelles sonores de l’aéroport de Zaventem.

Dans le cas contraire, le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre initiera, avec son Collège, toutes les démarches nécessaires, qu’elles soient environnementales, juridiques et judiciaires, pour faire cesser le survol devenu intégral de Woluwe-Saint-Pierre, quitte à, s’il le faut, en arriver à limiter l’exploitation optimale de l’aéroport.

Benoit Cerexhe rappelle, que seul contre tous, il a, en 2004, refusé les projets d’extension des activités cargo de DHL à Bruxelles-National. Sa persévérance dans son combat pour une gestion plus juste et plus humaniste de l’aéroport et de ses nuisances n’a et n’aura d’égal que la colère qui l’habite aujourd’hui devant des décisions administratives signées du seul fait d’un prince nu et anonyme.

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes pour formatter vos réactions:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>