Survol de Bruxelles: L’apathie du Gouvernement fédéral !

Survol de Bruxelles : « L’apathie du Gouvernement fédéral confine à l’indifférence la plus totale», dénonce Benoît Cerexhe !

Benoit Cerexhe, chef du groupe cdH au Parlement bruxellois et bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, accueille avec satisfaction la décision prise ce jeudi par le Gouvernement bruxellois d’enfin lever les astreintes imposées au Gouvernement fédéral par le Tribunal de Première Instance de Bruxelles dans son ordonnance du 31 juillet 2014 relative au problème de survol de la Région bruxelloise depuis le 6 février dernier.

Benoît Cerexhe déplore en effet « la lenteur, l’apathie, pour ne pas dire l’indifférence générale du Gouvernement fédéral et de sa Ministre des Communications Mme Galant » quant à la recherche d’une solution équitable et durable dans le dossier du survol de Bruxelles en général, des communes de l’est de la Région en particulier, au départ et à l’arrivée de l’aéroport de Zaventem.

Le Bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre s’indigne ainsi de ce que la Ministre Galant n’ait toujours pas cru bon, plus de trois mois après sa prise de fonction, de le rencontrer, lui et les bourgmestres de l’Est de Bruxelles, pour prendre le pouls des sensibilités locales et des réalités de terrain.

Le chef du groupe cdH au Parlement bruxellois se félicite de ce que la première décision prise par le Gouvernement fédéral dans ce dossier – à savoir le « moratoire » – permettra de soulager la vie des habitants des quartiers nouvellement survolés. « Mais cette première décision doit être immédiatement suivie d’autres mesures », rappelle Benoît Cerexhe avec une fermeté intacte : « le retour pur et simple à la situation prévalant avant le 6 février 2014, si elle permet de soulager certains quartiers, ne peut en aucune manière être considéré comme une réponse suffisante et adéquate face au problème plus général que constitue la concentration des nuisances générées par les avions au décollage et à l’atterrissage au-dessus des communes de Woluwe-Saint-Pierre, Woluwe-Saint-Lambert, Schaerbeek et Evere. » Benoit Cerexhe rappelle que la Cour d’Appel de Bruxelles a elle-même déjà condamné dès 2005 cette concentration de nuisances au-dessus de ces communes.

Le chef de groupe cdH au Parlement bruxellois insiste donc sur la nécessité absolue d’enfin dégager une solution durable à un problème né en 2004 et pour lesquels jusqu’à présent aucun plan acceptable politiquement et judiciairement n’a pu être mis en œuvre. « Or, rappelle Benoît Cerexhe, le temps presse. Le temps urge. Dès 2016, les Etats-membres de l’Union européenne ne pourront plus imposer de quelconques restrictions d’exploitation aux aéroports de leur propre pays, sans passer par l’approbation préalable des institutions européennes, au nom d’une prétendue saine concurrence entre aéroports ; nous ne serons alors plus en capacité d’imposer les réformes qui s’imposent».

Pour rappel, les réformes demandées par le député-bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre sont claires, nettes et fermes ; elles sont au nombre de 7 :
1. L’allongement immédiat de 22h à 7h de la période dite « de nuit », qui permet de limiter l’exploitation de l’aéroport aux heures où les riverains ont le plus besoin de calme et de tranquillité ;
2. L’utilisation de routes aériennes qui tiennent compte de la densité de population des zones survolées, au nom de la sécurité et du respect de l’environnement ;
3. Le retour à des normes de vent qui font de la piste 01-19 une piste secondaire, une piste à n’utiliser que dans des situations de vent qui rendent son utilisation réellement nécessaire pour des raisons de sécurité ;
4. La spécialisation des aéroports dans notre pays, Zaventem devenant un aéroport urbain destiné au seul transport « passagers », le fret étant opéré à Liège et le low cost à Bruxelles-Sud ;
5. La limitation immédiate du nombre de mouvements autorisés à Bruxelles-National, de jour (200.000) comme de nuit (16.000), et la suppression progressive de tout vol de nuit.
6. Le recouvrement systématique des amendes auprès des compagnies qui contreviennent à la législation bruxelloises sur les normes de bruit.
7. Enfin, la création d’une autorité de contrôle indépendante.

Le Député-Bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre demande avec insistance au Gouvernement fédéral dans ce dossier importantissime pour Bruxelles et ses habitants de « redescendre sur terre » et d’enfin empoigner ce dossier avec force, intelligence et volonté d’aboutir dans des délais qui sont aujourd’hui rendus courts par l’existence de ce fameux règlement européen qui limitera toute capacité d’action des autorités publiques dès la mi-2016.

6 commentaires

    • Benoît Cerexhe, le

      Bonjour,

      Tout d’abord, merci pour votre commentaire.
      Je pense qu’il faut réfléchir de manière globale sur la question du survol de Bruxelles.
      Allonger la piste 25 peut être une bonne idée mais cela nécessite du temps.
      Or, à l’heure actuelle, il existe des solutions applicables tout de suite pour limiter le survol de Bruxelles, je pense à la route Zoulou et à la route Ikea. Je plaide pour l’utilisation de ces routes et j’appelle la Ministre Galant à mettre en place ces solutions, qui existent.

      Je vous remercie de votre soutien.

      Bien à vous,
      Benoit Cerexhe

  1. Tombeur Martine, le

    Bonjour Monsieur,

    Je voulais vous faire part d’un gros problème qui je crois touche tous les citoyens de notre commune de Woluwé Saint Pierre, le survol des avions on recommencé de plus belle, je suis réveillée à partir de 4h30 du matin, une commune si belle, si paisible doit t’elle vraiment être polluée par le bruit incessant des avions, je vous demande de nous aidez et de mettre tout en oeuvre pour que l’on puisse retrouver une commune paisible.

    Martine Tombeur

    • caroline, le

      Chère Madame,

      Les nuisances que nous subissons sont insupportables et il est clair que je me bats et que je continuerai à me battre !
      Nous avons pris un avocat pour attaquer au mieux ce Plan Galant et mettre toutes les chances de notre côté.
      Nous avons plusieurs pistes à exploiter au niveau juridique.
      Premièrement, la population n’a pas été consultée et il n’y a pas eu d’étude d’incidence préalable, ce qui, dans le cadre de l’établissement d’un plan de survol, est une obligation légale.
      De plus, les décisions de justice ne sont pas respectées. La décision du 31 juillet 2014 qui condamnait l’utilisation du virage à gauche long n’est pas appliquée ; des avions survolent encore les quartiers du Centre et du Chant d’Oiseau. De même que la décision de justice de 2005, qui condamnait le survol intensif de l’est de Bruxelles, et qui est aujourd’hui totalement bafouée, le survol de Stockel et de Joli-Bois / Sainte-Alix est devenu un véritable enfer ! Je me réjouis à ce propos que la Région ait prolongé la validité de cet arrêt, c’est un élément important juridiquement.
      A côté de cela, le nuit n’est pas respectée, ni les normes de vent, ce qui a pour conséquence une utilisation abusive de la piste 01.
      Croyez bien que je ne compte pas me laisser faire.
      J’espère pouvoir recueillir votre soutien. Nous avons besoin d’être unis dans ce combat.

      Bien cordialement,

      Benoit Cerexhe

  2. Karine, le

    Merci également. Pouvez vous nous dire où nous en sommes ? Les décollages nuisibles entre la rue au bois et Stockel ont repris de plus belle depuis le 2 avril. C’est même pire qu’avant en journée (plus de passages, plus de gros porteurs aussi). Bcp disent dans la presse que le moratoire n’est que provisoire, mais nous n’y croyons pas beaucoup. Bruxelles-Capitale vous soutient-elle ? Une action juridique est-elle en marche ? Pourquoi le fédéral ne prend pas en compte les routes que vous évoquez et qui semblent de fait de bon sens pour éviter l’est de Bruxelles et ses écoles ? Sincèrement. K

    • caroline, le

      Chère Madame,

      Les nuisances que nous subissons sont insupportables et il est clair que je me bats et que je continuerai à me battre !
      Nous avons pris un avocat pour attaquer au mieux ce Plan Galant et mettre toutes les chances de notre côté.
      Nous avons plusieurs pistes à exploiter au niveau juridique.
      Premièrement, la population n’a pas été consultée et il n’y a pas eu d’étude d’incidence préalable, ce qui, dans le cadre de l’établissement d’un plan de survol, est une obligation légale.
      De plus, les décisions de justice ne sont pas respectées. La décision du 31 juillet 2014 qui condamnait l’utilisation du virage à gauche long n’est pas appliquée ; des avions survolent encore les quartiers du Centre et du Chant d’Oiseau. De même que la décision de justice de 2005, qui condamnait le survol intensif de l’est de Bruxelles, et qui est aujourd’hui totalement bafouée, le survol de Stockel et de Joli-Bois / Sainte-Alix est devenu un véritable enfer ! Je me réjouis à ce propos que la Région ait prolongé la validité de cet arrêt, c’est un élément important juridiquement.
      A côté de cela, le nuit n’est pas respectée, ni les normes de vent, ce qui a pour conséquence une utilisation abusive de la piste 01.
      Croyez bien que je ne compte pas me laisser faire.
      J’espère pouvoir recueillir votre soutien. Nous avons besoin d’être unis dans ce combat.

      Bien cordialement,

      Benoit Cerexhe

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes pour formatter vos réactions:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>